MES ANNEES A SAINT-MICHEL OU LE PARCOURS DU COMBATTANT

Je suis entré en sixième moderne en septembre 1962. C’est loin me direz-vous, mais je me rappelle qu’on avait disséqué un ver de terre au cours de sciences. Je n’avais pas aimé. Par contre, en néerlandais, monsieur Rauw me fascinait avec «Fik, de hond » et « Vakantie in Ovifat ». Il avait même  sauté sur une chaise pour montrer qu’il avait peur des souris. Je n’ai pas oublié non plus mon titulaire, monsieur Fontaine, un monsieur très calme avec une voix très douce. Nous étions au rez-de-chaussée, au fond, à droite. En tout cas, de braves gens qui me laissèrent passer en cinquième.

Grave erreur, car je n’avais toujours pas « digéré » le ver de terre, et le cours de sciences ne semblait pas faire partie de mes goûts. Je me souviens que j’avais le Frère Michel, monsieur Laguesse et monsieur Mersch comme enseignants. Monsieur Mersch m’avait mis un jour en garde au cours d’histoire: « Je ne veux plus vous voir à mon cours avec des cheveux aussi  longs. »  Que d’impatience! A trente ans, j’étais chauve. C’est cette année-là que je découvris l’expression « examen de passage ». Etudier les sciences pendant les vacances… quelle horreur. Je réussis haut la main.

Je me retrouvai ainsi en quatrième, je ne sais plus avec qui, mais monsieur Laguesse devait être parmi les courageux. Par contre, ce que je sais, c’est que mes compétences scientifiques déclinaient de jour en jour et qu’un examen de passage en sciences fut à nouveau nécessaire.

Réussi, il me permit d’entamer la troisième scientifique A de monsieur Havard, un homme de bien, qui n’hésita pas une seconde quand il dut me donner un examen de passage en physique et en chimie. Il faut dire que je n’y comprenais rien. C’était l’année où monsieur Vansteenkiste commençait  à l’Institut. La classe essaya bien de chahuter comme il se devait mais elle se trouvait en face de plus fort qu’elle. Le silence en français devint une habitude. Quant aux cours de langues, inutile d’essayer, l’autorité et le regard de monsieur Schoonbroodt nous permettaient à peine de respirer. En math, le Frère Maxime-Paul nous fit vite comprendre qu’on allait travailler. Au fait, n’avions-nous pas monsieur Montulet en géographie? Il me semble bien que oui.

Je n’eus pas d’examen de passage en sciences en deuxième scientifique A étant donné qu’on me fit redoubler. Enfin de vraies vacances. De cette année, il me reste de vagues images comme monsieur Jacquemin en mathématiques, monsieur Halleux en histoire, monsieur Richelle en français et monsieur Feyen en langues. Lors de ma seconde deuxième scientifique A, je retrouvai monsieur Schoonbroodt qui en imposait toujours autant par son autorité phénoménale et… par sa voiture, une Ford Cortina, la classe! On m’autorisa à aller jeter un coup d’œil en première scientifique A.

Ce fut dur. Messieurs Richelle, Elsen, Belleflamme, Feyen, Durbut me firent travailler. De 25% en math à Noël j’arrivai à 75% en juin, après avoir acheté le solutionnaire. Bizarre! Finalement ce fut en langues que les bonnes nouvelles arrivèrent… pas d’échecs. Quant aux sciences, je ne sais toujours pas pourquoi monsieur Didderen me demanda à l’oral de juin: « Dites monsieur, comptez-vous faire des sciences dans le supérieur? » Je vous laisse deviner la réponse.

N’étant  bon qu’en langues, je fis des langues dans le supérieur et débarquai en 1975 chez les Chanoinesses Régulières de Saint-Augustin à Jupille pour y enseigner à temps plein pendant trente-cinq ans.                                                                                                                                                                  

Georges-André  PIEDBOEUF – sorti de justesse en juin 1969            

Contactez-nous !
Dernières nouvelles

12 février 2020 - Les 4es A et B visitent la plus grande station d'épuration de Wallonie.

11 février 2020 - La 5e année option sciences en hématologie au CHU de Liège.

8 février 2020 - Avec son contrat élite Adeps, il se donne à fond en lutte gréco-romaine.