Partenariat ISMV - KAS Eupen - juin 2011

Ce mardi 31 mai, lors d’une conférence de presse en présence des dirigeants de la section « Jeunes » du KAS EUPEN et des directeurs de l’Institut, un protocole d’accord a été signé visant à un partenariat entre les deux parties. 

L’Institut, qui dispose depuis 2004 d’une section FOOT – ETUDES, a souhaité s’associer au KAS EUPEN dont la politique sportive en matière de jeunes cadre parfaitement avec notre projet pédagogique. 

Du côté du KAS EUPEN, ce partenariat permettra de renforcer et de développer encore plus son rôle social et éducatif pour les jeunes de la région.


Étudier et jouer foot, c’est possible ?
Combiner ses études à St-Michel avec une formation sportive, ce sera possible dès la rentrée prochaine. Grâce à un partenariat avec l’AS Eupen.
Depuis septembre 2004, grâce à un partenariat avec le Standard de Liège, l’Institut Saint-Michel offre déjà à ses jeunes élèves la possibilité de s’investir dans des études secondaires « solides » tout en intégrant deux entraînements de football dans la grille-horaire. Et depuis la création de cette section, ce sont près de 300 jeunes qui ont eu la possibilité de vivre leur passion tout en poursuivant des études de haut niveau.
Désireuse de poursuivre sur sa lancée, l’école souhaite à présent s’associer à un partenaire « dont la politique sportive en matière de jeunes cadre parfaitement avec notre projet pédagogique », assure Bernard Servais, directeur de l’Institut Saint-Michel. D’où la naissance d’un nouveau partenariat, qui sera d’application dès la rentrée prochaine, avec l’AS Eupen. « Quand le club est monté en Division 1, c’est surtout l’équipe première qui est montée. Il manquait clairement une brique, pour une coopération avec une école. Pourquoi Saint-Michel ? Pour la qualité de son enseignement, mais aussi de ses formateurs », relate Ralph Thomassen, président de la commission des jeunes du club eupenois.
Concrètement, en quoi consistera ce partenariat sportif ? Tout d’abord, une collaboration assurant le suivi pédagogique et sportif des jeunes affiliés du club inscrits dans l’établissement. Ainsi, plusieurs contacts entre la direction sportive du club et les professeurs de la section sont prévus. Ensuite, ce partenariat sera aussi l’occasion pour les jeunes de la section d’assister une fois ou plus l’année à un match de l’équipe première de l’AS Eupen. Mais surtout, « même si le jeune disposera d’un volume d’entraînement supérieur, nous veillerons à l’équilibre et au rythme de vie nécessaires à son âge », poursuit le directeur de l’établissement, précisant clairement les objectifs de l’établissement scolaire. « Nous visons avant tout l’équilibre personnel du jeune, son épanouissement social et sa motivation scolaire. Car il y a autant de chances qu’ils deviennent le futur Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo que moi je gagne à l’Euromillions ! » conclut Bernard Servais.

Rattrapages organisés
Les deux entraîneurs responsables ne sont autres que Boris Dome (ex-La Calamine) et Jean-Sébastien Legros (ex-Visé), par ailleurs tous deux professeurs d’éducation physique au sein de l’établissement scolaire. Joseph Ducachet, également très actif dans le milieu du football régional, par ailleurs éducateur à l’Institut, est quant à lui chargé d’encadrer les élèves du premier degré. Des élèves qui sont exclusivement masculins, puisqu’aucune fille, à ce jour, n’a rejoint cette filière, « même si c’est ouvert aux filles », précise le directeur.
Si des difficultés scolaires devaient apparaître en cours d’année, des rattrapages organisés après les cours seraient proposés aux élèves concernés. Si ces problèmes étaient liés à un manque de travail, l’élève pourrait se voir interdire la participation à des activités extrascolaires comme les matchs de championnat interscolaire ou les matchs de gala éventuels. « Plusieurs études universitaires ont montré que la pratique du sport de prédilection subordonnée à la réussite scolaire pour la poursuite du programme sportif contribuait à stimuler les jeunes élèves », argumente-t-on du côté de l’école.

À Lambermont et Andrimont
Les élèves qui prennent part à cette filière spécifique pourront bénéficier des terrains d’entraînement déjà utilisés par l’école, à savoir du privé à usage exclusif à Lambermont. Mais aussi, davantage en période hivernale, des terrains synthétiques à Andrimont et à Lambermont. Sans oublier la possibilité d’utiliser le centre sportif Albert Moray, à Ensival.

2 x 3 heures par semaine
Concrètement, ce sont deux fois trois heures de foot qui sont données aux élèves de cette filière, en 1re année en remplacement des cours d’éducation physique. Dès la 3e secondaire, ça monte à 8 heures par semaine. « C’est comme un cours à option de quatre heures, en technique de transition. Ce volume horaire n’altère en rien l’enseignement », précise-t-on du côté de l’Institut St-Michel.

Vers les études supérieures
Le directeur de l’établissement n’a cessé de le répéter : l’objectif premier est l’épanouissement de l’élève, pas qu’il devienne footballeur professionnel. « C’est pourquoi on privilégie vraiment les études. Une fois leur diplôme de secondaire en poche, nos élèves sont tout à fait capables d’entamer des études supérieures », expliqueBernard Servais, directeur de l’établissement.

Article de Gil BIDOUL dans le journal " L'Avenir " - http://www.lavenir.net

Contactez-nous !
Dernières nouvelles

16 octobre 2019 - Suite du beau parcours au Koweit d'Astrid (4D) et bon anniversaire!

5 octobre 2019 - Connaissez-vous ce jeune ancien, Adin Gojak, arbitre de basket?

28-29 septembre 2019 - Relais pour la Vie: "Saint-Mich" était de nouveau sur la brèche .